Qui n’a jamais rêvé de s’installer derrière le hublot de la station spatiale internationale (ISS) et regarder la Terre défiler sous ses yeux?
Et bien si l’envie vous a traversé l’esprit, vous pouvez en avoir un aperçu grâce à un système de webcams installées sur différents points de la station. Elles diffusent en effet désormais en direct des vues alternées via le site ustream.tv.


Pendant son orbite autour de la Terre, l’ISS alterne 45 min de jour et 45 minutes de nuit. Ainsi, il est probable d’avoir un écran noir ce qui indique que l’ISS est plongée dans l’ombre de la Terre.

Cela dit, il est possible de connaître en temps réel la région survolée par l’ISS grâce au site isstracker (ou la carte ci-dessous qui doit être actualisée) et de savoir ainsi si la station est effectivement dans la nuit.

Enfin, si vous voulez voir en direct le survol de votre maison ou vos régions préférées, vous pouvez utiliser le site heavens-above qui vous donnera les périodes de visibilité de l’ISS depuis votre ville.

iss

A partir du 22 mai et jusqu’à la mi-juin, vous aurez l’occasion de suivre un beau ballet planétaire entre Mercure, Vénus et Jupiter. Les trois planètes vont en effet se rapprocher et enchaîner quelques configurations particulières dans les prochains jours.

Il vous faudra trouver un horizon ouest-nord-ouest parfaitement dégagé et observer à peine une heure après le coucher du Soleil (par exemple 22h-22h30 à Paris).

conjonction mercure, venus, jupiter
Positions de Mercure, Vénus et Jupiter entre le 22 mai et le 6 juin à 22h20 à Paris

Vénus devrait être la planète la plus simple à repérer puisque sa magnitude sera proche de -3.8. Jupiter sera ensuite la plus brillante en théorie à -1.7 mais elle chutera rapidement dans les lueurs du crépuscule. L’éclat de Mercure variera beaucoup sur la période avec une magnitude qui deviendra positive le 3 juin, mais elle paraîtra de plus en plus haute dans le ciel.

Les trois planètes enchaînent en quelques jours seulement, une série de conjonctions et d’alignements

  • 24 mai 21h : Conjonction entre Mercure et Vénus à 1°21′
  • 27 mai 7h : Conjonction entre Mercure et Jupiter à 2°22′
  • 28 mai 2h : Mercure, Vénus et Jupiter sont regroupés dans un cercle de 2°40′ (un peu plus de 5 fois le diamètre apparent de la Lune)
  • 28 mai 19h : Conjonction entre Vénus et Jupiter à 1°
  • 31 mai 18h : Mercure, Vénus et Jupiter sont parfaitement alignés. Cet alignement se poursuit encore quelques jours
  • 1 juin : Vénus vient s’interposer à égale distance de Mercure et Jupiter.

Par la suite, Jupiter devient de moins en moins visible, mais Mercure et Vénus continuent d’assurer le spectacle quelques jours encore.

Pour en savoir plus

  • Je ne saurais trop vous conseiller de télécharger l’excellent logiciel Stellarium (qui a d’ailleurs servi à faire l’animation de ce billet). Ce logiciel de planétarium vous affiche la sphère céleste pour l’endroit et la date souhaités. Vous pourrez ainsi repérer les différentes configurations des trois planètes;
  • Le site de Guillaume Cannat donne également des informations complémentaires et quelques cartes.

Jeudi 25 avril 2013 en soirée, vous aurez l’occasion d’observer une éclipse partielle de Lune. Autant le dire tout de suite, l’éclipse ne sera pas très spectaculaire car seule une faible partie du disque lunaire entrera dans l’ombre de la Terre.

En France métropolitaine, l’entrée dans la pénombre aura déjà eu lieu lorsque la Lune se lèvera. Toutefois, lorsqu’elle effleurera l’ombre terrestre, la Lune sera encore basse sur l’horizon Est ce qui permettra de la photographier avec un avant plan bien choisi.

Carte de visibilité de l’éclipse

Voici la chronologie des événements pour la ville de Paris (*) le 25 avril (en temps légal français: UTC+2) depuis laquelle seuls les événements en gras seront observables:

  • Entrée dans la pénombre (P1) : 20h04
  • Lever du Lune : 20h55
  • Coucher du Soleil : 20h56
  • Entrée dans l’ombre (O1 ): 21h54
  • Maximum de l’éclipse (M) : 22h08
  • Sortie de l’ombre (O2) : 22h21
  • Sortie de la pénombre (P2) : 0h11 (26 avril)

Comme vous pouvez le constater, le passage dans l’ombre sera très rapide (seulement 27 minutes) et seule une très faible partie du disque lunaire sera dans l’ombre.

Parcours de la Lune dans les cônes d’ombre et pénombre de la Terre

Il y aura une autre éclipse de Lune un mois tout juste après, le 25 mai mais il s’agira d’une éclipse par la pénombre seulement, comme celle du 18 octobre. Pour observer une éclipse de Lune en France, il faudra encore patienter puisque la prochaine éclipse totale visible en intégralité aura lieu le 28 septembre 2015.

Pour en savoir plus:

  • La page spéciale sur mon site dédiée à cette éclipse avec les horaires, la carte de visibilité et le parcours de l’éclipse dans l’ombre de la Terre;
  • Les informations techniques de l’éclipse sur le site de l’IMCCE;
  • Le site PGJ Astronomie propose comme toujours une description très détaillée de l’éclipse et des informations intéressantes.

Note: (*) En fait les horaires de l’éclipse sont générales, c’est à dire valables pour n’importe quelle ville, seules les heures de lever du Soleil et coucher de la Lune sont locales, c’est-à-dire valables uniquement pour Paris.

Le matin du 6 juin 2012 en France, vous aurez la possibilité d’observer le transit de Vénus devant le disque solaire. Cet évènement est exceptionnel à plus d’un titre.

Qu’est qu’un transit de Vénus?

Un transit est le passage apparent d’un corps céleste devant un autre. On parle de transit solaire lorsqu’une planète passe devant le Soleil. Sur Terre, seules les planètes Mercure et Vénus peuvent avoir des transits. La Lune réalise également des transits mais on parle alors d’éclipse car le diamètre apparent de la Lune peut couvrir intégralement celui du Soleil, alors que pour Vénus et Mercure, le diamètre de leur disque apparent ne couvre que très partiellement celui du Soleil.
Les transits de Vénus sont l’un des événements astronomiques prévisibles les plus rarissimes. Ils interviennent généralement suivant un cycle précis: tous les 243 ans avec des paires de transits espacés de 8 ans séparées par 121,5 puis 105,5 ans.
Le précédent transit de Vénus a eu lieu en juin 2004 et il s’agissait du premier transit visible depuis 1882. Ce 6 juin, nous connaitrons le dernier transit de la paire. Le prochain aura lieu dans 105.5 ans en décembre 2117. Il s’agit donc vraisemblablement de la dernière occasion pour l’ensemble des habitants de la planète en 2012 d’observer ce phénomène.

Un peu d’histoire

L’intérêt scientifique d’un transit est de pouvoir mesurer la taille du système solaire (notamment l’unité astronomique) par la méthode des parallaxes. Elle nécessite de mesurer les instants de différents contacts sur toute la surface du globe. C’est pourquoi dès que les premières prédictions précises du phénomène ont pu être établies au cours du XVIIème et XVIIIème siècles, des expéditions scientifiques ont été organisées pour observer ces transits. Parfois, elles ont pris des tournures rocambolesques comme pour Guillaume Le Gentil.
Cette méthode est longtemps restée la plus précise pour mesurer l’unité astronomique jusqu’à l’avènement des mesures radar.
De nos jours l’intérêt scientifique d’un transit peut paraître obsolète mais il reste utile pour la recherche d’exoplanètes.

Où observer?

Le transit du juin est visible en intégralité sur l’Extrême-Orient, une partie de l’Océanie et du Pacifique et le nord ouest de l’Amérique du Nord. Ailleurs, le transit n’est visible que partiellement, c’est à dire qu’une partie de l’événement aura lieu alors que le Soleil sera sous l’horizon.


Carte de visibilité du transit (cliquez pour agrandir)

La France métropolitaine n’est pas très bien placée pour ce transit contrairement à 2004 où l’intégralité de l’évènement était visible et la météo plutôt clémente (sauf en Bretagne où je me trouvais…).
Le 6 juin, le transit sera presque fini quand le Soleil se lèvera ne laissant que les 3ème et 4ème contacts visibles. Le transit prendra fin en effet à 6h55 (en temps légal français) sur le territoire, soit globalement une heure après le coucher du Soleil.
Les français les mieux placés pour cet événement sont les néo-calédoniens puisque le transit y sera visible en intégralité.

Quand observer?

Voici les horaires des différents événements données en UTC (pensez à ajouter 2h si vous observez depuis la France).

Date Heure Événement Symb.
05/06/2012 22:09:42 Premier contact C1
05/06/2012 22:27:30 Deuxième contact C2
06/06/2012 01:29:37 Maximum du transit M
06/06/2012 04:31:44 Troisième contact C3
06/06/2012 04:49:32 Quatrième contact C4

Les horaires ci-dessus sont donnés pour un observateur fictif au centre de la Terre et peuvent donc varier de quelques minutes suivant votre lieu d’observation. Pour avoir les horaires approximatives depuis votre lieu d’observation, vous pouvez vous reporter à la carte suivante et cliquer sur votre lieu.

Comment et quoi observer?

L’observation du transit est tout aussi dangereuse que l’observation d’une éclipse solaire. Vous devez donc impérativement veiller à ne jamais regarder à l’œil nu le Soleil sous peine de vous bruler irréversiblement la rétine. Pour observer le phénomène en tout sécurité, vous pouvez utiliser des lunettes éclipses (en vérifiant qu’elles n’ont pas de rayures), des verres de soudure d’indice maximal, ou bien projeter l’image du Soleil à l’aide d’une lunette astronomique, d’un télescope ou d’un sténopé.

Le transit dure en moyenne 6h40 mais la durée comme l’instant exact des événements peuvent varier suivant votre lieu d’observation. Le schéma suivant montre le trajet de Vénus sur le disque solaire. Les tailles du Soleil et de Vénus sont à l’échelle. Au moment où Vénus touche le bord externe du Soleil, il est possible d’observer le phénomène de la goutte noire liée à l’atmosphère de Vénus.


Trajet apparent de Vénus sur le disque solaire

Pour en savoir plus.

  • La page spéciale de ce site dédiée au transit avec les horaires, le schéma du parcours et la carte interactive permettant d’avoir les circonstances de l’événement pour votre lieu d’observation,
  • Le site de l’IMCCE regroupe des informations très complètes sur le transit ainsi que des activités possibles lors de l’événement (comme le calcul de l’unité astronomique),
  • Le site de X.Jubier donne également des informations sur le transit avec notamment une carte de la couverture nuageuse moyenne en juin, si vous souhaitez voyager pour observer le phénomène
  • La page wikipédia du transit très bien documentée.
  • Quelques liens en anglais également: un article de Sky & Telescope qui explique le cycle particulier des transits de Vénus et un site néerlandais qui offre une application permettant de calculer les différents phase du transit et la position de Vénus sur le disque solaire en fonction de l’heure et de votre lieu d’observation.
  • Quelques jours avant et après le transit, Vénus passe dans le champ de la sonde Soho (gif14M, gif63M) dédiée à l’observation du Soleil. C’est l’occasion également d’observer la forte activité solaire actuelle.
  • Il est également possible de voir le transit en quasi-direct via le site de la NASA qui transmet une image du soleil tous les quarts d’heure (image en résolution 1024×1024, image en résolution 4096×4096).

Edit 6 juin 2012.

Si vous avez vu on non le transit, voici les 6h40 de transit résumé en 39 sec par les images de la sonde SDO.

Dans la semaine qui vient, vous pouvez observer la conjonction entre les deux planètes les plus brillantes visibles depuis la Terre: Vénus et Jupiter.

Pour cela, il vous suffit d’observer vers l’ouest en début de soirée. Les deux astres sont inratables même en pleine ville.

Aspect du ciel le 13 mars vers 19h30 vers l’ouest en France

Les deux planètes se rapprochent jusqu’au 13 mars, date où elles seront le plus proche à un moins de trois degrés (6 diamètres lunaires). Si votre ciel est bien dégagé, vous pouvez également tenter de repérer la planète Mercure faiblement brillante au raz de l’horizon. Les jours suivants, les deux planètes s’éloigneront progressivement, Vénus continuant de grimper dans le ciel du soir alors que Jupiter semblera se rapprocher de l’horizon de jour en jour. Du 24 au 27 mars, le croissant lunaire croisera les deux planètes, s’ajoutant au beau tableau crépusculaire.

Les deux planètes sont en conjonction en moyenne une fois tous les ans. Il s’agit d’un des rapprochements les moins serrés de ces dix dernières et de ces dix prochaines années mais les conditions d’observations sont particulièrement favorables cette fois puisque les astres restent visibles jusque vers 23h.

Les dernières conditions équivalentes remontent au 1er décembre 2008. Les deux planètes se rencontreront de nouveau cette année, le 1er juillet, mais ça sera dans le ciel du matin. Dans les prochaines années, Vénus et Jupiter se rencontreront en 2013 et 2014 mais les conditions d’observation ne seront pas particulièrement favorables pour les observateurs européens.

La prochaine conjonction serrée favorable aura lieu dans le ciel du soir, le 1er juillet 2015, date à laquelle les deux planètes seront à moins de 20′ (moins d’un diamètre lunaire) et donc observable dans le même champ d’un petit télescope ou lunette. Les disques des deux planètes auront d’ailleurs la même taille apparente.


© 2007-2015 blog… | Propulsé par Wordpress | jotrilide